Another Day (in Yeji)
      }   Cliquez pour afficher le livret

There’s no one here
to ply the lake
to take his place.
There’s no time for school,
to rest or (even) play.
Roughly pushed towards the lake
along the shore,
trying to keep away from beatings
sleeping on the floor...

See his pain
How does it make you feel?
no one here, no one seems to care
there’s no need for faith or prayer
but some hope to lead
him not to say
just another day

It’s just another day
Mark is 5, a lonely boy on a boat
There’s no place
for a childish smile on his face
Obey the master
Mend the fishing net
Diving deep, untangle it
He doesn’t understand...

Waiting for his only meal a day.
In the mud,
He watches the lake and the bay.
Could life ever get better than today?
Hoping the world changes anyway.
It’s just another day
just another day.




Mauzens
Décembre 2006 – Juillet 2013
     Cliquez pour agrandir l'image


Whenever I hear anyone arguing for slavery, I feel a strong impulse to see it tried on him personally.

Abraham Lincoln


Commentaires


Mark Kwadwo est devenu l'esclave de l'un des pêcheurs du Lac Volta quand il eut 5 ans en 2005.

Sa mère était si pauvre et n'avait rien pour nourrir ses enfants qu'elle décida dans le plus grand désespoir de le vendre au pêcheur Kwadwo Takyi pour $ 50.00.

Son plus grand enfant parti, elle avait ainsi de la nourriture pour les autres pendant un petit moment. Ne connaissant pas une telle pauvreté, nous ne pouvons bien entendu pas juger et condamner celui qui ressent une telle souffrance.

Mark fut esclave pendant plus d'un an avant d'être secouru par "Touch a Life" mais beaucoup d'autres comme Dominic et Emmanuel furent esclaves pendant 5 ou 6 ans avant d'être secourus par "Challenging Heights", "OIM" ou "Touch a Life"

Même si la situation a largement évolué, une loi votée par le gouvernement en 2005 interdisant de telles pratiques, et malgré l'aide de nombreuses organisations, il reste aujourd'hui des centaines d'enfants esclaves travaillant 14 heures par jour voire plus…

Tous les jours à 4 heures du matin, des centaines d'enfants sont forcés de se réveiller non pas pour aller à l'école mais pour commencer leur travail pour un autre jour sur le lac.

La fin de ce morceau est un solo de guitare en hommage à Steve Hackett auquel je voue une très grande admiration, particulièrement parce qu'il n'a jamais durant sa carrière mis en avant sa technique de jeu et sa grande virtuosité mais toujours favorisé avant tout l'harmonie et la musicalité de ses compositions.